ACID TRIP #1 SERBIE

L’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) ouvre une nouvelle fenêtre de programmation à Cannes, offerte à une association étrangère de cinéastes indépendants impliquée dans les problématiques de diffusion des œuvres et de formation des publics.
L’association de cinéastes serbes Bande à part inaugurera, les 19, 20 et 21 mai, cette carte blanche de trois séances, baptisée ACID TRIP.

Depuis 25 ans que les cinéastes de l’ACID soutiennent la diffusion du cinéma dans sa diversité, ils ont tissé des liens pérennes avec leurs pairs dans le monde entier.

En ces temps où les horizons politiques dessinent partout le retour des frontières et des refrains nationalistes, le cinéma a plus que jamais son rôle à tenir : celui de décloisonner les regards, de franchir les lignes, pour cultiver ce que Serge Daney décrivait comme « un sentiment d’appartenance à l’humanité à travers un pays supplémentaire ». Ce sentiment d’appartenance se déploie depuis longtemps dans les films et avec les films. Mais pas seulement. Il s’affine aussi dans la chaîne de solidarité internationale inventée entre ceux qui font les films.

Depuis plusieurs années, nombre de cinéastes à travers le monde ont commencé à s’emparer des enjeux qui touchent à la circulation du cinéma indépendant et à la formation des publics. L’ACID a ainsi monté des partenariats au fil des ans avec l’Argentine, la Belgique, l’Espagne, l’Egypte, le Portugal...


ACID TRIP #1 SERBIE

En 2015, l’ACID a initié une étroite collaboration avec le Festival du Film d’Auteurs de Belgrade, dont la programmation est faite depuis 2010 par un groupe de jeunes cinéastes, des auteurs qui ont grandi avec ce festival né en 1984 pendant la guerre en ex-Yougoslavie, une fenêtre ouverte sur le monde qui a forgé leur goût et vision du cinéma. Parmi eux, Vladimir Perisic, Srdan Golubovic, Stefan Arsenijevic, Oleg Novkovic, Srdjan Koljevic, Nikola Lezaic, Maja Milos et Stefan Ivancic.

Grâce à cette collaboration et à l’implication forte et primordiale de l’Institut Français de Serbie, de nombreux films ACID ont été programmés et achetés en Serbie. Novembre 2016 a vu la tenue des premiers Rendez-vous franco-serbes autour de la production et de la diffusion de films indépendants.

Pour prolonger la richesse de ces échanges et renforcer la chaîne de solidarité internationale des cinéastes, l’ACID a choisi d’offrir à ces auteurs programmateurs trois séances carte blanche au jeune cinéma serbe. Ils y présenteront un programme de courts métrages, et deux longs métrages, fiction et documentaire.

En partenariat avec :
Le Festival du Film d’Auteurs de Belgrade – Association Bande à part
L’Institut Français de Serbie-Ambassade de France en Serbie
L’Institut Français
Le Centre du Cinéma Serbe
Le CNC
Cannes Cinéma

L’affiche ACID - Cannes 2017, est signée Sébastien Laudenbach, réalisateur du long métrage d’animation La jeune fille sans mains (ACID - Cannes 2016).
La 25e programmation cannoise de L’ACID sera dévoilée le 25 avril.

EDITO

ÉDITORIAL

Comme une survivante d’un monde révolu avec lequel elle aurait dû disparaitre, une ouvrière au chômage erre dans une usine socialiste désaffecté. Un jeune cadre d’entreprise passe ses nuits dans les fêtes et ses jours à construire des ponts qui vont déconstruire les vies de milliers d’habitants.
Elle veut se donner la mort et lui veut sauver les apparences. Alors que tout les oppose - classe, sexe, âge - il ont une faille en commun : elle a perdu l’homme qu’elle a aimé, il a perdu l’amour de sa femme.

Requiem pour Madame J. de Bojan Vuletić et L’Humidité de Nikola Ljuca sont deux longs métrages qui questionnent les deux facettes de la nouvelle réalité serbe : les vaincus et les vainqueurs, les victimes et les maîtres de cette société de classe que les deux cinéastes regardent naître sur les ruines de l’utopie yougoslave.

Autour de ces deux films, une série de courts métrages, et autant de personnages, comme des variations sur le thème de l’exil, intérieur et extérieur. Pendant que ses parents divorcent, un garçon trimbale sa rage dans les rues d’une ville minière, autrefois prospère. Un voyage scolaire aux Etats-Unis cache une opération de changement de sexe. Deux migrants somaliens, comme deux résistants, attendent la nuit pour continuer leur voyage. Un vieille homme sourd entend ce que les hommes et les femmes autour de lui n’osent pas dire. Ils s’appellent Milica Tomović, Marko Grba Singh, Stefan Ivančić, Kosta Ristić, Vladimir Tagić…

Tel les vers du poème de José Marti que nous fait écouter un des films, ces cinéastes nous disent « J’ai deux patries : la Yougoslavie et la nuit ». Et c’est en sondant cette nuit post-yougoslave que le jeune cinéma serbe cherche à poser les prémices de son émancipation.

Vladimir Perisić
Association Bande à part

LES LONG-MÉTRAGES

REQUIEM POUR MADAME J. de Bojan Vuletić
2nd long métrage, première française

Serbie, Bulgarie, Macédoine, France, Russie | 2017 | 1h33 | Fiction

Madame J., femme modeste d’une cinquantaine d’années, diplômée et aujourd’hui sans emploi, décide de mettre fin à ses jours. Ou comment découvrir qu’il est encore plus difficile de mourir dans la Serbie contemporaine que d’y vivre !


L’HUMIDITÉ de Nikola Ljuca
1er long métrage, première française

Serbie, Pays-Bas, Grèce | 2016 | 1h53 | Fiction

Belgrade. Mina, femme d’un riche homme d’affaires, disparaît. Peut-être le premier événement d’une vaste réaction en chaîne…

LES COURT-MÉTRAGES

DOS PATRIAS de Kosta Ristić
Serbie, Cuba | 2017 | 4 min. | Ciné-poème

« J’ai deux patries : Cuba et la nuit »


TRANSITION de Milica Tomović
Serbie | 2016 | 22 min. | Fiction

« Jana dit au revoir aux membres de son groupe, à ses amis, à son ex-petite amie et à sa famille. Ils partagent tous un sentiment de regret pour son départ, mais aussi de joie pour son avenir brillant dans le Michigan, où elle va suivre ses études supérieures. Seule sa soeur connaît son secret : elle ne part pas pour étudier mais pour changer de sexe. »


SORTIE DE SECOURS de Vladimir Tagić
Serbie | 2015 | 15 min. | Fiction

« M. Stojanovic s’est fait voler sa trousse de premiers soins. Petar fume à la fenêtre de sa chambre. M. Ivanovic a un problème d’audition. Luka et Marako se battent pour un match de football. La femme de M. Filipovic le presse d’aller faire des courses. »


A HANDFUL OF STONES de Stefan Ivancić
Serbie | 2017 | 15 min. | Fiction

« Ivica, un jeune garçon de 11 ans, erre avec ses amis dans les terrains vagues d’une ville industrielle. Amer et inquiet, il est sur le point d’apprendre la séparation de ses parents. »


IF I HAD IT MY WAY I WOULD NEVER LEAVE de Marko Grba Singh
Serbie | 2015 | 16 min. | Fiction

Deux migrants somaliens, Abdul et Hamza, se cachent dans une maison abandonnée près de la frontière serbo-roumaine. Ils attendent la nuit noire pour continuer leur périple."

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr