Ini Avan celui qui revient

Banquier le jour, cinéaste la nuit

S’il animait un séminaire intitulé « la fabrique du cinéma », nul doute qu’Asoka Handagama remplirait les salles. A 49 ans, le cinéaste sri-lankais a son distributeur attitré - Héliotrope Films. Pas d’angoisse, ses films sortent en salles, du moins à l’étranger : le gouvernement sri-lankais ne goûte guère son œuvre sulfureuse et lui met parfois des bâtons dans les roues. Dans sa « vie parallèle », l’homme occupe un poste de directeur de la communication à la Banque centrale du Sri Lanka.
Ses tournages sont (...)

Ini Avan, d’Asoka Handagama

Vous reprendrez bien un peu de tragédie sri-lankaise ? En entrée, le réalisateur Asoka Handagama vous a concocté un ancien combattant de la fameuse guerre civile qui a meurtri tout le pays. Le seul à revenir vivant dans son village natal, mutique, les sens en éveil. C’est peu dire qu’il est haï d’emblée par tous ceux qui ont perdu un enfant au front et qui sont prêts à en découdre. En plat de résistance, rajoutons à ce valeureux guerrier éreinté, son amour d’avant le conflit, mariée de force à un (...)

Douce violence de la paix : Ini Avan

Réalisateur sri-lankais connu pour son audace à dénoncer les difficultés économiques et les clivages culturels d’un pays déchiré par la guerre, Asoka Handagama a déjà réalisé six longs-métrages. En 2005, Letter of Fire (Aksharaya, jamais distribué en France) a été censuré par les autorités sri-lankaises. Son septième film, Ini Avan, décrit avec délicatesse le malaise d’un temps de paix, quand le traumatisme d’un vain conflit imprègne et corrompt toujours les relations sociales.
La guerre a confronté pendant (...)

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr