The End

Cannes 2012 : Face à l’insoutenable légèreté du monde

« Tu connais le cinéma africain : la tendance est plutôt au grave qu’au rigolo », me disait un jour Dani Kouyaté. Ce sont effectivement rarement des comédies qui ont été sélectionnées dans les différentes sélections cette année, mais si le poids du monde était bien présent, les films ne l’abordaient pas forcément avec lourdeur.
Le poids du monde
On pourrait cependant se demander si, dans les têtes bien intentionnées des sélectionneurs européens, un film tourné en Afrique ne se doit pas de n’en représenter (...)

The End, de Hicham Lasri

Attention, un ovni marocain s’apprête à atterrir dans nos salles. The end est sans doute l’une des expériences cinématographiques sensorielles et esthétiques les plus abouties que l’on ait pu voir ces dernières années, toutes nationalités confondues. Une des plus ultraréférencées, aussi. Il y a du Reservoir Dogs de Tarantino, du Angel-A et Léon de Besson, du Amélie Poulain version trash de Jeunet ou du Doberman de Kounen. Le tout, dans un noir et blanc classe et crasse que ne renierait pas Mondino. Ce beau (...)

Vers nulle part - The End

The End : rencontre improbable du film noir classique et de la bluette romantique, du manga japonais et du conte de fée, sans oublier une bonne louche de Béla Tarr pour l’ambition formelle, la tonalité crépusculaire, désespérée et pré-apocalyptique. Le tout est un premier long-métrage, signé par le Marocain Hicham Lasri.
Pour The End, on parlera volontiers d’objet filmique non identifié, tant il fait preuve, tout en empruntant beaucoup, d’une singularité par son ton et sa forme. Rien à voir avec (...)

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr