Belinda

Un film de Marie Dumora

Programmation ACID
Cannes 2017

France - 2017 - 107 min -

Scénario : Marie Dumora
Image : Marie Dumora
Son : Aline Huber et Martin Sadoux
Montage : Catherine Gouze


Belinda a 9 ans. Elle aime la neige, la glace pour glisser, plus encore sa sœur avec qui elle vit en foyer. On les sépare. Belinda a 15 ans. Pas du genre à vouloir travailler dans un magasin de chaussures, en mécanique à la rigueur. Belinda a 23 ans, elle aime Thierry, ses yeux bleus, son accent des Vosges. Elle veut se marier pour n’en être jamais séparée. Mais ça...

***

Belinda is 9. She loves snow, ice to slide on, and more than anything her sister with whom she lives in a foster home. They are parted. Belinda is 15. Not the type to work in a shoe shop. In mechanics at a pinch. Belinda is 23. She loves Thierry, his blue eyes and his accent from the Vosges mountains. She wants to marry him so they’ll never be apart. But...


PAROLE DE CINÉASTE

Parfois il s’agit d’un plan. Un seul, qui marque la rétine et contient tous les autres. Tous ceux qui vont suivre se superposeront à ce premier.
À l’arrière d’une voiture, deux petites filles, Belinda et Sabrina. Leur accent alsacien, leur gouaille, leur sororité presque gémellité. Et le monde s’ouvre.
La réalisatrice laisse ces visages, fermés et enfantins à la fois, se faire dévorer calmement par la caméra, afin qu’on ait le temps de se questionner, d’écouter, de tendre l’oreille.
Par bribes, on comprend un peu : la vie en foyer, loin de la famille, et bientôt la séparation de la fratrie.
Et puis par la force du montage : il n’y a plus qu’une petite fille à l’arrière de cette même voiture. Et c’est toute la vie de Belinda qui est contenue dans cette ellipse. L’éloignement impossible de l’être aimé.
Voilà Belinda, qui on le sait, on le sent, est un abyme. Alors, la suivre c’est plonger dans une vie qui bascule à tout instant. Une vie sur le fil, où cette fille, puis femme, guidée par l’amour, le cherche sans cesse. Il lui glisse entre les mains, la rattrape, la perd, la gagne.
Marie Dumora ne lâche pas, elle capte et sonde Belinda et la soutient de son regard aimant. Elle fait partie de ces histoires à rebondissements, elle a accompagné́ cette famille qui tangue sur son radeau. Et si Belinda est au bord du gouffre bien des fois, cette présence étrange et magnétique en la donnant à voir, l’érige en personnage inoubliable, prise dans la boucle du temps.

Kathy Sebbah, cinéaste

Les Films


Production

GLORIA FILMS
Laurent Lavolé & Marine Guerry
mel gloriafilms.fr

LES FILMS D’ICI
QUARK PRODUCTION
DIGITAL DISTRICT

VENTES INTERNATIONALES :
BE FOR FILMS
sales beforfilms.com


REVUE DE PRESSE
BELINDA


Consulter la revue de presse :

Mai 2017

EXTRAIT
BELINDA (VOSTA)




© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr