Cannes 2017 : le carré joliment barré du producteur Nicolas Anthomé

Publié le 13 juin 2017

Le fondateur de Bathysphere a présenté quatre films sur la Croisette.

Lors d’une promenade, vendredi 26 mai au matin, dans l’hypermarché cannois, on tombe, rayon « jeunes producteurs », sur Nicolas Anthomé. Vent en poupe, l’heureux homme dispose de quatre films à Cannes, ce qui n’est pas peu. Wallay, de Berni Goldblat, à Cannes Ecrans Juniors (comédie enfantine entre la France et le Burkina Faso) ; Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête, d’Ilan Klipper, à l’ACID (comédie névropathique ashkénaze) ; Makala, d’Emmanuel Gras, Grand Prix de la Semaine de la critique (road-movie documentaire et prolétarien au Congo) ; Alive in France, d’Abel Ferrara, à la Quinzaine des réalisateurs (journal d’une tournée musicale entre potes). Le voyage, physique et mental, semble être le trait d’union entre ces films. Le voyage, comme expérimentation, recherche de nouvelles voies, découverte de choses jamais faites ni jamais vues, est ce qui anime Nicolas Anthomé comme producteur.

LIRE L’ENTRETIEN

Jacques Mandelbaum - LE MONDE
Photo : Stephan Vanfleteren

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr