Je suis le peuple

Publié le 19 mai 2015


Pas de chance ! Alors qu’elle vivait en Egypte depuis un moment, Anna Roussillon rentre à Paris, la veille de la révolution place Tahrir. Qu’importe ! Elle décide de repartir…

Depuis Louxor

Pourtant, plutôt que de s’attarder au Caire, où sont installées les caméras du monde entier, elle choisit de planter la sienne dans la famille de Farraj, un paysan qui vit près de Louxor, à 700 km de la place Tahrir.

Du coup, si elle parvient à vivre la révolution de l’intérieur, Anna Roussillon n’est pas du tout du côté des manifestants, dans l’action mais au cœur d’une famille qui suit les événements à la télévision et au rythme de son village, marqué par les restrictions de gaz, les récoltes, l’activité du moulin, les enfants mais aussi les soubresauts du pouvoir qui finissent par réussir à bousculer le mode de vie intemporel de ces paysans du Nil.

Un travail remarquable

On assiste donc ainsi à la destitution de Moubarak, aux élections dans le village, à l’enthousiasme populaire pour Morsi, un non militaire soutenu par les frères musulmans et aussi rapidement destitué qu’il a été élu, remplacé par le Général Al Sissi, héritier controversé et autoritaire du premier homme politique démocratiquement élu en Egypte.

Outre son angle de vue si différent, ce qui est remarquable dans le documentaire d’Anna Roussillon est en premier lieu la qualité de sa réalisation et de ses prises de vue. La photo, la lumière, le cadrage sont exceptionnels. Son cinéma est magnifique, puissant, alors même qu’il ne filme que la banalité du quotidien, souvent coincé entre les quatre murs de la sombre maison familiale.

Le temps et la lumière

Anna Roussillon a aussi su prendre son temps et filmer cette famille dans la durée, sur plusieurs années, au gré des changements qu’elle subissait dans sa vie et dans les opinions du père – la mère s’exprime peu, et n’aborde pas la politique-.

Témoignage puissant et inédit, «  Je suis le peuple » est un documentaire remarquable, un film qui devrait faire date et prendre sa place parmi les témoins d’une histoire en marche et qu’il prend le temps de comprendre. Essentiel.



Véronique Bris - CINE WOMAN
15 mai 2015

Cine-woman.fr

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr