Alimentation Générale

Un film de Chantal Briet

Programmation ACID
Cannes 2005

France - 2005 - 1h25 min -

Sortie : 1er novembre 2006

Scénario : Chantal Briet
Image : Sophie Bachelier et Sylvia Calle
Son : Jean-Paul Guirado et Guillaume Le Braz
Montage : Benoît Alavoine et Nathalie Charles
Musique : Martin Wheeler, autour des chansons de Aït Menguellet et Ali Zebboudj

À la cité de la Source à Epinay-sur-Seine, dans un centre commercial à l’abandon, l’épicerie d’Ali reste l’unique lieu d’échange, un refuge où peuvent se retrouver les habitants du quartier. En filmant le temps, le temps qui passe sur des êtres, des visages, et sur leurs destinées, cette chronique met en valeur l’importance d’un tel lieu : un petit commerce de banlieue où jaillissent encore, malgré les difficultés, la chaleur humaine, le rire, la convivialité.


Le film pourrait s’appeler La Caverne d’Ali Baba ou encore Ali Baba et les quarante voleurs ou tout simplement Ali et son épicerie. Chantal Briet, la réalisatrice du film, pose un regard politique et humain sur cette cité d’Epinay-sur-Seine. En effet, après ce film, on a envie de devenir épicier, non pas pour vendre des produits mais pour produire et donner de l’Amour, comme Ali, le protagoniste du film, qui en fabrique et en distribue gracieusement chaque jour dans sa petite boutique perdue au milieu de la cité. Il a fallu quatre ans à la réalisatrice pour percer le mystère de ce “carrefour“ où se croisent chaque jour des clients de tout âge, et de tout bord. Tout le monde se connaît ici, on se croirait en province. L’épicerie est devenue le cœur de la cité, où les gens peuvent se rencontrer, parler, rire, bref partager un vrai moment de bonheur et de vie. Le film de Chantal Briet est aussi un film politique, car il propose une véritable réflexion et pose des questions cruciales sur l’aménagement d’une cité. Alimentation Générale en dit long sur les questions que nos politiques devront se poser à l’avenir avant de détruire ; et la concertation qu’ils devront avoir avec la population afin de ne pas briser la vie de gens qui ont déjà trente ou quarante ans d’existence dans la cité. Enfin, Alimentation Générale est un film universel, qui vaut pour toutes les cités du monde, et il y aura dorénavant toujours un peu de Ali lorsque j’irai chercher du pain ou du camembert en plein milieu de la nuit chez mon Arabe du coin.

Djamel OUAHAB, cinéaste

Le quartier de la Source à Epinay-sur-Seine. Chantal Briet construit son récit autour d’un magasin d’alimentation générale tenu par Ali où le café est offert à toute heure (Il m’a rappelé Harvey Keitel dans Smoke de Wayne Wang). C’est le seul endroit où il y a encore un lien social dans cette cité ou la misère plane partout. La réalisatrice dresse une succession de portraits surprenants, comme celui de Jamaa écorché vif amoureux de littérature, ou de la vieille Jeanine qui n’aime que les polars parce qu’il y a du sang et de la tuerie. Avec ces personnages, Chantal Briet nous fait partager des moments d’intimité et d’émotion rares en intégrant, c’est toute la force du film, le regard qu’ils portent sur eux-mêmes - conscients, cyniques ou courageux - faibles, démissionnaires ou combatifs. Un très beau film qui propose un regard nouveau sur un sujet essentiel.

Amal BEDJAOUI, cinéaste

Les Films


Distribution

Arsenal Production


Production

Arsenal Production
Ludovic Larnal
06 11 16 71 00





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr