Barakat !

Un film de Djamila Sahraoui

Programmation ACID
Cannes 2006

France - 2005 - 94 min - Couleur - 35mm

Sortie : 13 septembre 2006

Scénario : Djamila Sahraoui et Cécile Vargaftig
Image : Raphaël O'Byrne
Son : Olivier Scwob
Montage : Catherine Gouze et Dominique Vieillard
Musique : Alla

Avec :
Rachida Brakini, Fettouma Bouamari

Quelque part en Algérie, dans les années 1990. Amel est médecin urgentiste à l’hôpital. Elle s’efforce, tant bien que mal, d’exercer son métier et de vivre sa vie de jeune femme, malgré la guerre civile qui fait rage entre les islamistes et l’armée. Un soir, de retour chez elle après une longue garde, Amel constate la disparition de son mari journaliste. Devant l’indifférence et l’inertie des autorités, elle décide de partir à sa recherche. Elle est accompagnée de Khadidja, infirmière énergique et gouailleuse qui, dans sa jeunesse, s’est illustrée dans les combats pour l’indépendance. Au fil d’un périple incertain et périlleux, les deux femmes vont se découvrir l’une l’autre, en même temps qu’elles se confronteront aux hommes de leur pays…


Dans Barakat, interprété avec brio par Fettouma Bouamari et Rachida Brakni, les femmes sont à l’honneur. Deux femmes, deux générations, qui dévoilent un caractère trempé et une envie de résister, de se battre. Les obstacles ne manquent pas, elles doivent se montrer intraitables si elles veulent continuer à exister et à vivre dans cette société algérienne au bord du chaos. Elles agissent, réveillent les consciences, provoquent, et tant pis si elles se prennent des coups. Jusqu’au jour où le mektoub, le destin, les conduit chez un vieux auguste et sage. Qui d’autre que la voix de la sagesse, de l’expérience, peut s’élever et dire Stop ! « Barakat ! » à toute cette violence, à cette autodestruction ! A travers la voix du vieux, c’est aussi celle de tout un peuple qui dit stop malgré les pertes subies et les plaies qui ne se refermeront sans doute jamais. Outre la dimension poétique et initiatique, le film nous parle d’une violence qui a atteint son paroxysme en Algérie. Djamila Sahraoui nous montre très subtilement que cette violence fait écho à la guerre d’Algérie. En effet, les gens retrouvent les réflexes d’antan : la femme qui cache son arme dans son panier, les rebelles qui prennent le maquis, la femme qui revêt son voile pour passer les barrages. Si le sujet est grave la dimension humaine et poétique des personnages nous fait oublier les enjeux de cette violence. Barakat est un film qui montre les conséquences d’une société pleine de contradictions, en pleine mutation, d’une société qui se cherche.

Djamel OUAHAB, cinéaste

Les Films


Distribution

Pierre Grise Distribution
21, avenue du Maine
75015 Paris
Tél : 01 44 39 29 10 / 11
pierre-grise-dis...


Production

Les Films d'Ici

Tél :





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr