Brooklyn de Pascal Tessaud

Publié le 18 juin 2014

Coralie, jeune rappeuse suisse de 22 ans œuvrant sous le nom de Brooklyn, quitte son pays et un père qui ne la comprend plus pour s’installer à Saint-Denis, en banlieue parisienne. Logée chez Odette, une vielle dame qui adoucit ses journées au cannabis, elle trouve un petit job dans une association musicale de quartier. Lors d’une soirée slam, elle est poussée sur la scène par l’un des animateurs. D’abord hésitante, elle conquiert son public et tape dans l’œil de l’étoile montante du quartier, le jeune rappeur Issa.

Le tournage du premier long métrage de Pascal Tessaud s’est étalé sur plus de deux ans. Du pur “cinéma guerilla”, sans financement, sans chaîne de télévision, sans producteur, juste une bande d’amis, animée par une envie de dire et de montrer, de donner à voir le destin d’une jeune rappeuse, interprétée par KT Gorique, étoile montante du monde du slam, bien décidée à percer. Et à travers les tribulations de Brooklyn, se dessine également une chronique subtile d’une ville que l’on a rarement vu aussi belle au cinéma. Autrement dit, point ici de dealers, de fusils à pompes et autres clichés du genre, mais une ville habitée par des rois (comme elle le fût par le passé). Ici, ce sont des rois de la lose, de la débrouille, de la normalité, mais des rois tout de même.

Tel est le charme puissant de ce petit film aux contours imprécis, au jeu d’acteurs parfois maladroit : raconter ce qu’un JT de 20h ne racontera jamais, à savoir qu’à Saint-Denis comme ailleurs, les gens sont beaux, torturés, rêveurs, poètes, mesquins, moralisateurs, etc. Il y a même des rappeurs romantiques et des voleurs aussi rieurs qu’attachants. Pour paraphraser Brooklyn, Saint-Denis “pue la normalité”. Brooklyn n’en est pas pour autant une simple carte postale. Très bien écrit, le film se suit sans jamais nous assoupir, notamment grâce à la gouaille communicative de son interprète principale. Au final, une œuvre, certes mineure, mais extrêmement recommandable.

Julien Nève, Fiches du Cinéma

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr