Cannes : Adèle Exarchopoulos au programme de l’Acid

Publié le 22 avril 2014

L’héroïne de La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche, Palme d’or à Cannes en 2013, est à l’affiche de l’un des neuf films sélectionnés par l’Acid (Association du cinéma indépendant pour sa distribution), l’une des sections parallèles du Festival de Cannes. Adèle Exarchopoulos, sacrée Meilleur espoir féminin aux Césars en février 2014, tient le rôle principal, avec Reda Kateb, du premier long-métrage de Marianne Tardieu, Qui vive – l’histoire d’un trentenaire qui cherche à obtenir un poste de vigile.



La couleur de la programmation 2014 – sept fictions, deux documentaires – est clairement politique et sociale, mais aussi paritaire – cinq hommes et cinq femmes cinéastes. Deux longs-métrages se focalisent sur la population rom : Cesta Ven, fiction franco-tchèque de Petr Vaclav – en Bohème du Nord, un jeune couple de Roms tente de s’intégrer à la société –, ainsi que Spartacus et Cassandra, documentaire français de Ioanis Nuguet – deux enfants rroms sont recueillis par une trapéziste dans un château à la périphérie de Paris.



Le Challat de Tunis, film franco-tunisien de Kaouther Ben Hania, est un récit fictionnel, délirant – façonLa Vierge, les Coptes et moi, de Namir Abdel Messeeh, présenté à l’Acid en 2012 – à partir d’un fait divers : « En 2003, un homme, sur une moto, une lame de rasoir de rasoir à la main, balafre les plus belles paires de fesses des femmes qui arpentent les trottoirs ».



SEPT FILMS FRANÇAIS SUR NEUF AU TOTAL



L’Acid, qui avait révélé l’an dernier de jeunes auteurs français, les réalisateurs Justine Triet (La Bataille de Solférino), Sébastien Betbeder (2 automnes, 3 hivers), ainsi que les comédiens Lætitia Dosch et Vincent Macaigne, met encore en avant le cinéma français – sept films sur neuf au total.



Ce qui ne veut pas dire que les sujets sont franco-français. Outre Qui vive et Spartacus et Cassandra, citons Brooklyn, premier long-métrage de Pascal Tessaud – une jeune fille quitte sa Suisse natale et s’installe à Paris pour tenter sa chance dans le rap. Dans une autre veine, La fille et le fleuve, d’Aurélia Georges, a pour thème une histoire d’amour (avec Sabrina Seyvecou, Guillaume Allardi, Serge Bozon, Françoise Lebrun). Mercuriales, premier long de Virgil Vernier, distribué par Shellac, est une évocation de la guerre qui se propage en Europe. Dans New Territories, premier long de Fabianny Deschamps, une jeune Française part à la conquête du marché chinois, et rencontre une ouvrière qui s’apprête à partir clandestinement à Hongkong.



Enfin, le documentaire intitulé Les Règles du jeu, coréalisé par Claudine Bories et Patrice Chagnard, raconte le parcours de deux jeunes sans diplôme, qui misent – à tort ! – sur les conseils de coachs et d’experts en comportement pour décrocher un emploi.



Clarisse Fabre, Le Monde

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr