D’une brousse à l’autre

Un film de Jacques Kébadian

France - 1997 - 103 min - Couleur - 35mm

Sortie : 9 février 1998

Scénario : Jacques Kébadian
Image : Jacques Kébadian
Son : Jacques Kébadian
Montage : Franssou Prenant


Avec :
Dodo Wagué

En mars 1996, lorsque les familles africaines sont évacuées de l'église Saint Ambroise et regroupées au Gymnase Japy, Jacques Kébadian commence à filmer pour témoigner. Six mois durant, il suit ces exilés dans les lieux de leur quarantaine et s'attache à l'un deux, Dodo Wagué, originaire du Mali. Dodo, entouré des siens, devient la figure centrale de ce film et sa personnalité s'affirme tout au long de la lutte. Lorsque enfin muni de papiers, il peut rentrer au Mali rendre visite à sa famille, la caméra est présente et livre, à cette occasion l'autre versant de l'Histoire. Echappant volontairement à la chronique événementielle, Jacques Kébadian propose une histoire plus humaine, plus universelle, dont l'enjeu est la reconnaissance de l'individu et le droit de vivre en harmonie avec son environnement social.


Film admirable que celui de Jacques Kébadian, parce que vrai film de cinéaste : cet amour des gens, cet infini respect, cette fascination constante pour la multitude des petits gestes qui font la vie d’une famille (parmi tant d’autres) réfugiée dans cette arche de Noé de l’église St Bernard : je pense par exemple, à cette image d’un gamin s’évertuant à souffler la bougie que sa mère tente vainement de tenir allumée durant une veillée... Tout le cinéma de Jacques est résumé dans ce plan : cette totale naïveté (cette générosité) du regard qui retrouve, je crois, celui de sa propre enfance fascinée par la chaleur des familles arméniennes, non pas sans papiers mais apatrides d’alors. Et quand avec Dodo (qui a obtenu ses papiers et donc le droit de retourner, dix ans après, dans son village au fin fond du Mali) toute sa famille dans une case en pisé (devant un téléviseur alimenté par un groupe électrogène de fortune) regarde les images ramenées de France, d’un seul coup nous les voyons avec leurs yeux, abasourdis. Un film qui lave le regard de tout l’audiovisuel et télévisuel ambiant pour nous réapprendre tout simplement ce qu’est filmer : Partager, être avec...

Jean-Pierre THORN, cinéaste

Les Films


Distribution

Avanti Films


Production

Ognon Pictures





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr