Déjeuner du Film Français - Entretien avec Fabianny Deschamps Réalisatrice

Publié le 8 octobre 2014

Votre film fait la clôture de l’ACID demain. Ce fut un long périple ?
c’est souvent le chemin emprunté par beaucoup de premiers longs métrages. Un film de fiction français tourné intégralement en Chine en mandarin. Il raconte le parcours de deux femmes aux antipodes qui vont se croiser dans un entre-deux monde, la zone tampon entre Hong Kong et la Chine continentale.

Comment vous est venue l’idée de départ ?
Je vais souvent à Hong Kong qui est un endroit passionnant. Tout est parti d’un fait divers lu dans la presse. Depuis la révolution culturelle, les chinois n’ont plus le droit d’enterrer leurs morts selon les traditions. Ils ont pour obligation de les incinérer, ce qui est à la fois un tabou et un drame humain. Pour contourner les lois obligatoires sur l’incinération, un gang tuait les gens par dizaines dans les campagnes afin de vendre un corps de substitution aux familles qui l’incinéraient officiellement et pouvaient ainsi enterrer leurs morts en cachette. J’ai voulu essayer de comprendre comment le salut d’un mort pouvait avoir plus de valeur que la vie d’un être humain.

Un film pour lequel vous n’avez eu que des aides à l’écriture ?
Oui, car il ne rendait absolument dans aucune case d’aide à la production. La Maison des scénaristes est arrivée sur le scénario à un moment fondamental, alors qu’on me disait : « Ton film est infaisable. » Cela m’a donné le souffle de le porter quoi qu’il arrive. Le reste, mes producteurs l’ont intégralement financé en fonds propres.

Patrice Carré - LE FILM FRANÇAIS - 23/05/2014

Revues de presse

« En proposant un modèle solidaire fondé sur l’idée de rencontre, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion révèle aujourd’hui nombre de jeunes cinéastes. »

Thierry Méranger, les Cahiers du Cinéma

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr