Douce France

Un film de Malik Chibane

France - 1995 - 120 min - Noir et blanc - 35mm

Sortie : 22 novembre 1995

Scénario : Malik Chibane


Montage : Alice Lary
Musique : Ricardo Serra

Avec :
Saïda Bekkouche, Fadilla Belkebla, Mahmoud Benyacoub, Fettouma Bouamarin Frédéric Diefenthal, Abder El Kébir, Séloua Hamse, Nadia Kaci, Elisabeth Rodriguez, Hakim Sahraoui

Le coeur d'une cité, au nord de Paris, Saint Denis qui parfois a des allures d'une petite ville de province.Le tramway bleu et silencieux la sillonne.L'avenue piétonnière fourmille de mille et une activités.La Basilique où reposent les rois de France est assaillie par un béton aux formes audacieuses.Des quartiers H.L.M réhabilités mais excentrés nous rappellent que nous sommes en banlieue.Dans cette cohue et cacophonie urbaines, une jeunesse vit en plein jour un cocktail pétillant de contradictions.Ils ont entre vingt et trente ans.- Moussa le fils de harki, s'angoisse à l'idée de perdre ses cheveux.- Jean-Luc, ami intime de Moussa, renie sa queue-de-cheval et l'abat d'un coup de ciseaux pour un taf.- Farida se les cache à l'aide d'un foulard. Elle prétend qu'ils sont, au même titre que les parties intimes de son corps, un objet sexuel.- Souad, la soeur aînée, rebelle, les a coupés à la garçonne.En attendant ces dénouements, l'heure est à l'écoute de chaque sensibilité qui nous murmure leur panne de sens.


Première génération. Entre Hexagone et Douce France il s’est passé un événement fondamental pour notre cinéma. Les films de l’immigration ou sur l’immigration sont rendus archaïques par Douce France. En effet dans le film de Malik, les personnages sont la première génération de français qui vivent leurs origines non comme une contradiction entre un ailleurs et leur intégration ici. Les personnages sont de cette Douce France avec leurs histoires qui produisent des sentiments, des désirs, différent pour chacun. On y apprend que l’on peut être parfaitement intégré et voilé. Douce France c’est aussi le chassé croisé entre des jeunes filles et des jeunes hommes qui ne jouent dans le social qu’avec une obsession : être aimé par celui qui est différent de soi. C’est aussi la lutte entre les désirs de réussite sociale des hommes avec leurs lâchetés, et l’exigence des désirs des femmes. A ce jeu c’est évidement les femmes voilées ou pas qui gagnent et assume la fiction. L’autre événement qui s’est passé entre Hexagone et Douce France, c’est l’affirmation de Malik comme un cinéaste d’une intelligence narrative redoutable. Cela commence comme une série B, et très vite devient un film de la tradition néo-réaliste. Il y a dans ce film du Visconti de Obsession et la fureur du récit du Port de la drogue de Samuel Fuller. Bref, Douce France est un grand film d’une importance capitale pour notre cinéma.

Jean-Henri ROGER, cinéaste

Les Films


Distribution

Lazennec Diffusion


Production

Alhambra Films


En VoD sur UniversCiné

Voir le film




© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr