Inland

Un film de Tariq Teguia

Algérie, France - 2008 - 140 min - Couleur - 35mm

Sortie : 25 mars 2009

Sélections et prix :
Festival International du Film de Belfort 2008
Mostra de Venise
Scénario : Tariq Teguia et Yacine Teguia
Image : Nace Medjkani et Hacène Ait Kaci
Son : Matthieu Perrot et Kamel Fergani
Montage : Rodolphe Molla et Andrée Devanture


Avec :
Kader Affak, Ahmed Benaissa, Ines Rose Djakou, Fethi Gares, Djalila Kadi-Hanifi, Kouider Medjahed

Le topographe Malek accepte un travail dans l’ouest de l’Algérie. Il arrive dans un camp occupé auparavant par une équipe qui a été décimée par les fondamentalistes. Un jeune berger l’observe de loin ; quelques hommes dont certains sont armés l’approchent et le questionnent sur sa présence. Ayant fui les terroristes islamistes, ces fermiers ont décidé de retourner dans leur village…


Inland, un film qui ouvre un nouvel espace visuel et narratif. Inland, un film délibérément politique. Non seulement parce qu’il y est question de l’Algérie contemporaine, entre système policier, misère et terrorisme, terre d’émeutes où dans les campagnes verdoyantes les suicidés pendent aux arbres, l’Algérie lieu de passe pour clandestins ; non seulement parce qu’on y parle frontalement politique, mais surtout par sa manière filmique. S’il y a un programme de ce point de vue-là, c’est à l’encontre de la toute-puissance cinématographique dominante où le système narratif, le dessin des personnages, la fonctionnalité des dialogues, la bande sonore, etc. sont essentiellement inféodés à la démonstration d’un devoir ressentir ou penser. Ici, pas de « toute évidence », mais le tremblement d’une errance (choisie-contrainte) dans le sillage de laquelle se croisent les formes contemporaines, locales autant que mondialisées, du rejet, de la rupture, de la traque, et de leurs corollaires, l’épuisement, la mort et, possiblement, la fraternité et la résistance. Les clandestins, les bergers, les activistes, les intellectuels, les paumés, les sécessionnistes - le personnage de Malek ? -, la fête et la musique. A la surface du récit, et à la manière du terrain que relève Malek le topographe, affleurent ici et là les couches de l’une ou l’autre des strates humaines et physiques qui dessinent la société algérienne. Enfin le désert, comme un espace d’anticipation archaïque, grouillant du monde des écartés (le stade perfectionné, soft et préventif, de l’exclusion), le désert comme ultime refuge de tous les refusés, où les habituels découpages du territoire sont ruinés, où la fraternité se réinvente au hasard des rencontres. Et puis, ceci ayant à voir avec cela, la force expressive de l’invention plastique. Par exemple, dans la séquence finale, les silhouettes troublées qui disparaissent dans les sables du désert, miroitant comme des images-mirages qui se muent en inscriptions archéologiques sur des parois minérales, sont d’une beauté saisissante. Elles disent l’archaïsme de la violence exercée et qu’à l’oppression programmée s’oppose la décision de disparaître, de se fondre dans un ailleurs du monde. N’est-ce pas ce qui s’appelle prendre le maquis ?

Cati COUTEAU

Les Films


Distribution

CONTRE ALLEE DISTRIBUTION
16 rue Bleue
75009 Paris
Tél : 01 42 46 27 42
Email : contre-allee hotmail.fr


Production

NEFFA FILMS
Email : neffafilms hotmail.com





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr