Land of Scarecrows

Un film de Roh Gyeong-Tae

Programmation ACID
Cannes 2009

France - Corée - 2008 - 90 min -

Sortie : 29 septembre 2010

Sélections et prix :
Festival international du film de Berlin (Berlinale) - 2009, Festival international de Hong Kong - 2009
Scénario : Roh Gyeong-Tae
Image : Jung-Soon Choi
Son : Eun-Ju Lee
Montage : Hyun-Suk Choi


Avec :
Sunyoung Kim, Phuong Thi Bich, Duwon Jung, Misun Lee, An Jin Shin

{Land of Scarecrows} est un poème visuel, sentimental et personnel qui décrit la vie de trois personnages poursuivant chacun leur rêve et dont les vies s'entremêlent accidentellement. {Land of Scarecrows} is a visual poem, at the same time sentimental and personal, telling the lives of three characters who follow their dreams. Their lives are going to get mixed by accident...


C’est aux Philippines que les Coréens du Pays des Épouvantails vont chercher les enfants et les épouses dont leur terre toxique ne peut plus garantir l’intégrité. Ce conte philosophique est le deuxième volet - après Le dernier repas, 2006 - du triptyque de Gyeong-tae Roh sur la pollution environnementale. Métaphore hypnotique introduite par la beauté blanche et énigmatique d’une danse propitiatoire exhumée des temps anciens, Land of Scarecrows est une méditation à la poésie décalée qui dessine avec une grande force visuelle le paysage futuriste et désespéré d’une industrialisation criminelle. Un tableau ravageur, une anticipation déprimée : l’hybridation des espèces (les carpes à face humaine sont d’un surréalisme glaçant) ; dominée par les terrils, une terre comme un cloaque planté d’épouvantails, qui, plutôt que d’effrayer les oiseaux absents, semblent les effigies des humains sacrifiés. Des séquences en plans fixes campent ces territoires de désolation écologique et économique et raccordent quelques trajectoires de résistance à la déréliction : un jeune Coréen à la recherche de ses origines philippines, une plasticienne travestie en homme pour prendre femme aux Philippines, femme s’exilant en quête de sa fiction coréenne. Cherchant une alternative à la stérilité de leur pays ou à la misère de leur condition, ces personnages fragiles, marginaux, décalés, vont peut-être, en croisant leur solitude, inventer avec obstination leur propre espace de survie.

Cati COUTEAU

Land of Scarecrows, terre d’épouvantails, est une succession de tableaux à la fois magnifiques et cruels, un film poétique, méditatif, décalé, parfois irréel mais qui parle de notre monde d’aujourd’hui. Deuxième volet d’un triptyque sur la pollution environnementale, physique et mentale. Avec une économie de moyens et un style proche du film expérimental, Gyong-tae Roh nous présente une œuvre en marge du cinéma, comme le sont ses personnages, en marge de la société.

Le premier plan du film nous présente une danse traditionnelle coréenne. Un rite purificateur exécuté pour exorciser le malheur. En vain. L’eau qui donnait la vie est polluée par notre société de consommation qui prône la croissance perpétuelle comme ultime valeur. Elle empoisonne nos enfants pour laisser place aux fantômes. En larges plans fixes, un pessimisme à la Beckett, à la fois énigmatique, absurde, drôle et mélancolique, le cinéaste a trouvé sa distance par rapport aux personnages, par rapport au monde. Les gros plans se comptent sur les doigts d’une main. Il observe, mais son regard, teinté d’humour noir, est sans concession. Notre monde est devenu une décharge sur laquelle sont plantés quelques épouvantails qui ne font fuir que ce qu’il reste de poésie, d’humanité.

Laurent SALGUES, cinéaste

Les Films


Distribution

Promenades Films
28 rue François Arago
13005 Marseille
Tél : 04 91 24 67 62
Fax : 04 91 24 67 02
Email : contact promenadesfilms.com
Site : www.promenadesfilms.com


Production

Neon Productions
52, avenue Pierre Semard
94200 Ivry-sur-Seine
+33 1.46.21.46.40
www.neon.fr

Teddy Bear FIlms (South Korea)





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr