Le Fils adoptif

Un film de Aktan Abdykalykov

France/ Kirghizstan - 1998 - 81 min - Couleur - 35mm

Sortie : 2 octobre 1999

Sélections et prix :
Léopard d'argent - Locarno 1997, Mention spéciale - Tokyo 1997, Prix du Public - Vienne 1997
Scénario : Aktan Abdykalykov, Avtandil Adikulov et Marat Sarulu
Image : Hassan Kidiraliev

Montage : Tilek Mabetova
Musique : Nurlan Nishanov

Avec :
Miriam Abdykalykov, Adir Abilkassimov, Mirlan Cinkozoev, Bakit Dzhylkychiev, Albina Imasheva, Talai Mederov

Les Kirghiz ont pour coutume ancestrale, d'offrir un de leurs enfants, un bébé sevré, à un couple dont la femme est stérile. Au milieu de sa vie d'enfant, le petit Azate, apprend brusquement par ses camarades qu'il n'est pas l'enfant biologique de ses parents.


Ce Fils adoptif arrive du Kirghizstan. Son auteur est aussi inconnu pour nous que le fut il y a deux ans Omirbaev cinéaste Kazakh célébré depuis Kaïrat avec la vénération d’usage que l’on sait chaque fois que l’on découvre une cinématographie jusque-là inconnue. L’étonnant ici tient dans ce que l’on pourrait désigner par « le miracle du monde à son aurore ». La lumière, les corps, les visages, la campagne, les rivières, le vent dans les arbres, la nuit qui tombe, tout semble naître à l’origine de toute chose. Ce surgissement miraculeux, inexplicablement protégé de l’horreur mercantile planétaire est filmé de la manière la plus primitive. Une simplicité élémentaire, un regard humble comparable à celui d’un Rossellini regardant les frères des Fioretti. Parfois un doute traverse furtivement l’esprit : est-ce là le comble de l’innocence à son plus haut degré d’inconscience, ou au contraire la stratégie diabolique d’une habilité au sommet de son efficience et de sa maîtrise invisible ? Prenons aujourd’hui le pari, au risque de le perdre un jour prochain, en choisissant la première hypothèse. Alors ce film est une rareté absolue, la vision archaïque d’un monde éloigné dans le temps, intact et lumineux dans la grâce suspendue d’une manière indicible, celle qui persiste dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance.

Jean-Claude GUIGUET, cinéaste

Les Films


Distribution

Cara M
38 rue des Martyrs
75009 Paris
Tél : 01 55 31 27 25
Fax : 01 55 31 27 26
Email : caram aol.com


Production

Noé Productions





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr