Le Pont des arts

Un film de Eugene Green

France - 2004 - 126 min - Couleur - 35mm

Sortie : 10 novembre 2004

Scénario : Eugene Green
Image : Raphaël O'Byrne
Son : Frédéric de Ravignan
Montage : Jean-François Elie
Musique : Vincent Dumestre et Claire Lefilliâtre

Avec :
Natacha Régnier, Denis Podalydès, Adrien Michaux, Jean-Astolphe Méréville, Olivier Gourmet, Jérémie Renier, Alexis Loret, Camille Carraz

Paris, 1979-1980. Une histoire d'amour impossible entre deux jeunes gens qui ne se rencontrent jamais : l'une est cantatrice tandis que l'autre a découvert sa voix au moment où il allait mettre fin à ses jours


Le Pont des arts se situe en plein cœur de Paris, lui-même décor du nouveau film d’Eugène Green qui se déroule l’année précédant la mise en place de la fête de la musique. Pourtant, de la musique, il n’en manque pas. Le film transpire, s’inspire, aspire la musique, et pas n’importe laquelle : la musique baroque et puis aussi un peu rock ou plutôt « bar rock  ». L’histoire d’une chanteuse de génie (Natacha Régnier) maltraitée par un tyran chef d’orchestre (Denis Podalydes) est menée en parallèle avec celle d’un étudiant (Adrien Michaux) qui a perdu le goût de vivre, cherchant la sève qui pourrait le ranimer. Histoires parallèles, histoire d’amour entre deux protagonistes qui ne se connaîtront jamais, unis dans l’amour de l’art, amour suprême, immatériel. Leur relation symbolise le pont qui peut lier l’existence humaine au travers de l’œuvre d’art avec la vie humaine dans le monde concret. (Le Pont des arts). Le film d’Eugène Green se construit lui-même comme une pièce de musique, avec des mouvements, des rythmes, des thèmes. Le spectateur entre dans un labyrinthe étrange qui le conduit jusque dans les entrailles du baroque, au fond des coulisses du lamento della Ninfa de Monteverdi, dans les rouages de la culture et du monde de ceux qui la manipulent. On assiste à un numéro exceptionnel d’Olivier Gourmet interprétant Phèdre en petite tenue. On avance dans les plus belles ruelles parisiennes jusque dans les cafés les plus « glauques ». On rit, on pleure, on découvre Paris, on est bercé par la musique, on découvre une nouvelle manière de prononcer les dialogues, on est transporté par des acteurs hors du commun, le tout pour seulement 8 euros, le prix d’une place de cinéma… On découvre un film hors normes, conçu par un auteur hors normes, qui nécessite pour une fois d’aller au cinéma voir du cinéma…

Oren NATAF, cinéaste

Les Films


Distribution

Pierre Grise Distribution
21, avenue du Maine
75015 Paris
Tél : 01 44 39 29 10 / 11
pierre-grise-dis...


Production

Martine de CLERMONT TONNERRE et Mact Productions

Tél :





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr