Le Septième ciel

Un film de Benoît Jacquot

FRANCE - 1997 - 91 min - Couleur - 35mm

Sortie : 17 décembre 1997

Scénario : Jérôme Beaujour et Benoît Jacquot
Image : Romain Winding
Son : Michel Vionnet
Montage : Pascale Chavance


Avec :
Francine Bergé, François Berléand, Pierre Cassignard, Sandrine Kiberlain, Léo Le Bévillon, Vincent Lindon, Sylvie Loeillet, Florence Loiret, Philippe Magnan

Mathilde va mal. Régulièrement, elle vole dans les Grands Magasins, des jouets. Parfois elle s'évanouit. Elle ne va plus travailler. Nico, son mari, ne voit rien ou ne peut rien voir, quoiqu'elle lui montre. Il est chirurgien, et cette sorte de troubles est la nuit de son jour. Elle rencontre un Docteur qui lui fait subir des séances d'hypnose. Une rêverie, ce "{Docteur}", une invention pour se sauver d'elle-même ? Bientôt, elle va mieux et vite très bien. Du coup, Nico va très mal, lui. Il aime sa femme, c'est sûr, plus que tout, c'est sûr, mais celle qu'il aime devient à ses yeux une autre qu'il ne sait pas aimer. Pathétique et comique sans transition, il cherche, se perd et se retrouve, aveuglé puis éclairé - Mathilde est encore là.


Le Septième ciel est un film qui parle avec beaucoup de bonhommie et de simplicité de ce qui travaille « les gens », dès lors que leurs besoins vitaux sont satisfaits, à savoir leur jouissance. Qu’on y habite les beaux quartiers et qu’on y lise les théoriciens dans le texte ne change pas grand chose à l’affaire, la frustration étant, - fort heureusement - la chose du monde la mieux partagée. Ces bourgeois ont pourtant un avantage (qui justifie que Benoît Jacquot les choisissent) : ils en parlent, théorie aidant, un peu plus franchement que la moyenne, de cette jouissance qui leur occupe la tête, et ils n’hésite pas non plus à rencontrer, moyennant espèces, ceux qui s’en sont institués les spécialistes. Le film trouve dans la description de ceux-ci (les « psys ») une parfaite et jouissive réussite, trop féroce pour se laisser abuser par leurs jeux. Au fait, la voit-on, cette fameuse jouissance dont on n’arrête pas de parler ? Bien sûr qu’on la voit, et comme le nez au milieu de la figure ! Mais il faut laisser au spectateur celle de la découvrir...

Pascal KANE, cinéaste

Les Films


Distribution

Pyramide
5 rue du Chevalier de Saint-George
75008 Paris
Tél : 01 42 96 01 01 / 10
Fax : 01 40 20 02 21
distribution@pyr...
www.pyramidefilms.com


Production

Dacia Films - Cinéa





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr