Le Silence de Rak

Un film de Christophe Loizillon

France - 1996 - 74 min - Couleur - 35mm

Sortie : 7 février 1997

Scénario : Santiago Amigorena et Christophe Loizillon
Image : Renato Berta
Son : Michel Vionnet
Montage : Jennifer Augé
Musique : Martin Meissonnier et Isabelle Surel

Avec :
Simon Abkarian, Roland Amstutz, Pierre Baillot, Jackie Berroyer, Marcel Bozonnet, François Cluzet, Elina Lowensohn, Alain Ollivier, Frédéric Pellegeay, Brigitte Rouan, Zinedine Soualem

Juste après son licenciement, Rak découvre que le mot "travail" vient du latin "tripalium", le nom d'un instrument de torture. Rak ne sait rien faire ; alors il décide de créer son propre travail. Un rapide braquage chez Monsieur Albert et voilà un apport en capital finement trouvé ; le voici chef d'entreprise et directeur des ressources humaines à la recherche de collaborateurs enthousiastes. Rak installe son bureau au troquet du coin et reçoit les futurs candidats pour vendre une encyclopédie musicale... une encyclopédie qui n'existe pas. Heureusement, Lucie arrive...


J’ai très envie de parler du film de Christophe Loizillon, tout simplement parce que Le silence de Rak donne envie de parler... C’est beaucoup grâce au personnage principal : Rak, cousin français de l’univers drôle et tragique de Dostoïevsky. François Cluzet a sans doute ici un de ses plus beaux rôles. Il marche comme un funambule sur un fil subtil entre la profondeur et la légèreté. En ce moment, tout le monde parle du chômage, des licenciements, des « sans-emploi »... et personne n’arrive à en dire grand chose. Le silence de Rak, paradoxalement parle mieux que ceux qui feraient mieux de se taire. Christophe Loizillon parle enfin de l’origine du mal : Le Travail. Son film dit à quel point dans le traumatisme du chômage il y a le traumatisme du « travailler ». Dans notre société il faut « faire quelque chose » pour être quelqu’un. J’ai toujours été admiratif du travail de Christophe, comme documentariste. Il prouve ici comment la fiction se nourrit merveilleusement du regard sur le réel. Les Maoïstes obligeaient jadis les bourgeois à aller travailler dans les champs de patates. J’aimerais beaucoup obliger aujourd’hui tous ceux qui travaillent dans un champs de patates d’aller voir Le Silence de Rak... Quant aux chômeurs ceux qui n’ont pas eu la chance d’être embauchés sur un champ de patates ils ont aujourd’hui le privilège d’avoir la « réduction chômeur », donc ils sont quasiment obligés d’aller le voir également.

Cédric KLAPISCH, cinéaste

Les Films


Distribution

Les Films du Paradoxe
2 bis rue Mertens
92270 Bois Colombes
Tél : 01 46 49 33 33
Fax : 01 46 49 32 23
films.paradoxe@w...
www.filmsduparadoxe.com


Production

Vertigo Productions





© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr