Projections sous ACID

Publié le 5 juin 2012

L’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid), qui fête les 20 ans de sa création dans la foulée du manifeste Résister, soutient la diffusion en salles de films indépendants et oeuvre à la rencontre entre ces films, leurs auteurs et le public, forte de son idée fondatrice : le soutien des cinéastes par d’autres cinéastes.
Sur la Croisette, en marge des autres sélections, neuf longs métrages – huit fictions et un documentaire – seront présentés aux professionnels, et plus largement aux cinéphiles, du 17 au 26 mai. “Comment l’homme suture sa place au monde qui l’entoure ?, s’interrogent les cineastes de l’Association, actuellement coprésidée par Mariana Otero et Stéphane Arnoux. Cette question a d’autant plus de mérite d’être posée lorsque ce même monde se trouve en crise, en guerre ou en deuil. Le corps rentre alors en résistance et le cinéma le dévoile dans ses quêtes existencielles.

Matières filmiques
La programmation offre ainsi “neuf propositions cinématographiques regardant par les prismes de leur matière filmique singulière et innovante ces silhouettes en questionnement. Le cinéma tend à recoudre les plaies de l’histoire et les déchirements du collectif. Ce travail exutoire peut se conjuguer aussi bien au passé qu’au présent.
Six de ces neuf longs métrages sont des premiers films. Sept d’entre eux sont sans distributeur à ce jour, deux d’entre eux ayant été autoproduits. La programmation comprend Casa Nostra, premier long de Nathan Nicholovitch (France), qui regarde dans les creux de vie d’une famille disloquée, The End, premier long de Hicham Lasri (Maroc), sur l’oppression des “années de plomb” au Maroc, Ini Avan, d’Asoka Handagama (Sri Lanka), qui voit un ex-combattant tamoul revenir dans son village deux ans après la fin de la guerre au Sri Lanka, que distribuera Héliotrope Films, Noor, le premier long de Çağla Zencirci et Guillaume Giovanetti (France), une réflexion sur la place d’un transgenre au Pakistan, Room 514, premier long de Sharon Bar-Ziv (Israël), qui explore les gouffres de l’état militaire israélien, que distribuera Sophie Dulac Distribution, Sharqiya, premier long d’Ami Livne (Israël/France/Allemagne), La Tête la première, premier long d’Amélie van Elmbt (Belgique), le documentaire La Vierge, les Coptes et moi, premier long de Namir Abdel Messeh (France/Qatar/Egypte), et Stalingrad Lovers, de Fleur Albert (France, photo ci-contre). Ce dernier projet sera projeté lors de la soirée de clôture, précédé d’un concert de Jean-François Pauvros, guitariste électrique et compositeur de la musique du film.

Séances spéciales
Trois films, dont la sortie est prévue dans les mois suivant le festival, seront également projetés, en association avec leurs distributeurs, en séances spéciales : Ab Irato, sous l’mpire de la colère, de Domnique Boccarossa (France), produit et distribué par les Films d’Ici, qui sortira cet automne, l’Eté de Giacomo, d’Alessandro Comodin (France/Belgique/Italie), que distribuera NiZ ! Le 4 juillet, et El Puesto, d’Aurélien Lévêque (France), que distribuera Hévadis Films le 29 août.
A l’occasion des 20 ans de l’Acid, des “lettres filmées” réalisées par des cinéastes ouvriront les projections. Quatre membres de l’Acid ont par ailleurs coréalisé Le cinéma français se porte bien (produit par Ferris et Brockman), l’occasion de s’interroger sur le cinéma français indépendant aujourd’hui. Par ailleurs, alors que la Cinémathèque rend homage au travail de l’Acid en programmant 31 premiers film du 16 au 27 mai, des rétrospectives suivront à Marseille (FID), Bordeaux, New York, au Forum des images (Paris) ou à Belfort (EntreVues) …

Olivier du Jaunet - ECRAN TOTAL

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr