Un Woody Allen copte sur la Croisette

Publié le 22 mai 2012

L’événement surviendra vendredi 18 mai sur les écrans de l’ACID, la petite section off de la grand-messe cannoise. L’expression est plus que jamais appropriée, puisque La Vierge, les Coptes et moi révélera l’existence - qui l’eût cru ? - d’une transsubstantiation copte de Woody Allen. Son nom est Namir Abdel Messeeh. Il est né en 1974 à Paris, de parents égyptiens de confession chrétienne.

Laïc quant à lui, le réalisateur déclare dans son film que l’idée de retourner dans le village familial pour enquêter sur l’apparition de la Madone lui est venue lorsque sa mère, une femme qui joue visiblement un rôle aussi grandiose et problématique dans sa vie que dans le film, lui avoua avoir vue la Vierge sur une vidéo de pèlerinage traditionnel reçue d’Egypte. Tel serait le point de départ de cette comédie documentaire aussi enlevée que subtile, où il est bien difficile de démêler le vrai du faux. Le plaisir est en revanche assuré, d’autant que sous la pochade affleurent quelques questions brûlantes sur l’état de la société égyptienne.

Thomas Sotinel - LE MONDE

Éditions précédentes

Retrouvez dans cette rubrique les films présentés dans le cadre de la programmation ACID à Cannes, depuis ses débuts en 1993.

© 2011 L’acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion | réalisation site : quidam.fr